Festival Italiart 2014

0 0 août 11, 2014


GND-ITALIART
GND-NICOT

GND-BENNATIElena BENNATI, photographe

Elena Bennati est né à Pise en 1974, a toujours été une passionné de musique et de danse. Elle approche la photographie par son père et son oncle.
Ses premières photos datent de la puberté, alors qu’elle dépeignait des bribes de la vie quotidienne, des paysages et des animaux. À l’adolescence, ses premiers autoportraits côtoient des portraits ; sa passion pour la photographie alterne avec celle pour la danse. Cela prend un sens à travers des auto-portraits introspectifs, sa capacité à communiquer avec l’extérieur et capturer l’âme du mouvement en observant et décrivant d’autres danseurs. Les autoportraits photographiques deviennent un outil de d’enquête personnel.
Depuis 2008, elle collabore avec le “Nu Association”, en se concentrant son attention sur la danse Butoh et autres arts de la scène.

 

Edith NICOT, plasticienne Art-papier

Edith Nicot explore le langage sensible, sensuel, poétique et formel de la couleur et de la matière. Son univers artistique s’est épuré jusqu’au défi de vouloir travailler avec une seule matière et une seule couleur.
Après de nombreuses recherches, c’est aujourd’hui sur le papier qu’elle se concentre en explorant de nouveaux possibles. Le papier n’est plus alors support de l’acte créatif, il devient matière à part entière de l’œuvre. Sa matière c’est la feuille de papier de soie qu’elle plisse à la main ou la fibre de mûrier à papier, kozo, qu’elle étire pour les métamorphoser en volumes. Et sa couleur c’est le blanc, synthèse chromatique de toutes les couleurs et à la fois minimalisme sur lequel toutes les projections imaginaires sont possibles.
Edith Nicot peint également à l’encre de chine des impressions, des ressentis. Son travail actuel mêle techniques traditionnelles et vision plus contemporaine. On peut dire que ses créations relèvent d’une architecture organique comme inspirées par une nature protectrice et diverse, en tous cas apaisante. Elles se déplient, comme un organisme se déplierait depuis l’intérieur d’une graine et expriment le rythme de la vie. Elles suivent le mouvement naturel du papier plissé et restent flexibles et adaptables. Elles existent à l’instant présent et renaissent toujours et encore selon la lumière…
Edith Nicot recherche le dépouillement dans de grandes formes simples blanches dont la beauté émane tout aussi bien de la simplicité que du contraste des reliefs et des jeux de lumières et d’ombre. De cette démarche, sont nées des pièces allant de quelques centimètres à quelques mètres.
Edith Nicot nous emmène vers d’autres mondes célébrer l’esprit du jeu, de la surprise, de la rêverie !

Du vendredi 7 mars au dimanche 31 mars 2014.

Du mardi au samedi de 14h à 19h.

Le matin sur rendez-vous.

Vernissage vendredi 7 mars.