Guy Mauchamp – Plasticien

0 0 août 11, 2014

GND-MAUCHAMP

L’art rend-il heureux ?

C’est avec cette question, ou plus précisément cette impulsion, que j’ai débuté à l’âge de onze ans en peignant – au jaune d’oeuf – mon premier tableau surréaliste. Cela me rendait heureux de réaliser, en la peignant, l’idée très précise qui s’était construite en un clin d’œil dans ma tête. Il n’y avait aucun doute, aucune recherche. Je savais exactement le résultat que je voulais obtenir, même si c’était la première fois que j’utilisais de l’œuf comme liant.

C’est ainsi que je continue d’œuvrer : une image s’installe en moi avec clarté, elle est là, nette, sensible. Je dois impérativement la réaliser, la concrétiser au plus vite. La technique que je vais employer est secondaire. Ce qui importe c’est la cohérence entre l’image présente dans mon monde intérieur et son incarnation.
Cela peut passer par de la peinture à l’huile, de l’aquarelle, du dessin à l’encre, du pastel à l’huile, mais aussi de la photo, voire de la sculpture… peu importe.
La technique et le support sont tout à fait secondaires. Ils se mettent juste au service de l’expression pour s’en approcher au plus près. L’essentiel, c’est que les matériaux et les gestes soient en adéquation avec ce que j’ai visualisé intérieurement dans le but de vivre un jaillissement de l’âme, comme une naissance au monde dans la matière, les couleurs, les formes.
Lorsque ce geste non réfléchi est là, qu’il m’emporte et me guide, alors je peux dire que cela me rend heureux. Après coup. Oui, l’art peut rendre heureux s’il fait résonner, au-delà des formes et des couleurs, cet espace intérieur propre à chacun, cette ineffable et subtile vibration de la beauté qui est en nous tous.

Du lundi 7 octobre au dimanche 20 octobre 2013.